Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Qui Suis-Je?

  • : dhuyp.net
  • dhuyp.net
  • : "La séduction suprême n'est pas d'exprimer ses sentiments, c'est de les faire soupçonner." Jules Barbey d'Aurevilly, Les Diaboliques
  • Contact
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 21:29

Que j'aime ton sourire et tes mots plébéiens
Le parfum de tes lèvres et ton cœur sur le mien
Que j'aime ces mots doux que tu prends à mes vers
Et qu'en éternuant, tu me rends à l'envers

Que j'aime à voir danser, mes rêves et les tiens
À la vie, à la mort, l'éternel lendemain
Que j'aime, mon amour, à t'appeler encore
Le rêve de mes nuits, le péché de ma mort

Mais tu n'existes pas, ni hier, ni demain
Tu es l'aulne d'un rêve, une rose dans ma main
Tu es comme ce poème, d'inachevé réel.

-------------------------------------------------------------

Un jour viendra, j'espère, où tu vivras enfin
Dans mes bras refroidi par la mort iréelle
Un jour, que j'aimerais ta douleur en mon sein. 

 

Repost 0
Published by Faust - dans Romantisme
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 21:30

Ce jour s'est éveillé aux couleurs du tragique.
Le pourpre ensanglanté à sa robe assombrie
Faisait comme une offense au tissu de la nuit
Et blessait le drapé du sépulcre mystique.

Ce jour s'est révélé dans des tons de tragique,
Aux chants des muezzins brisés de poésies.
Pensiez-vous Requiem leur triste mélodie
Planant sur un royaume dénué de musique?

Ce n'est de Paradis, ni même d'un enfer
Dont retourne de sens l'agonie de mes vers
Mais c'est de son Auteur, une monotonie,

Jamais brisés, sans dire un mot, et malgré tout
Nous resterons heureux, et toujours malgré vous,
Nous serons amoureux, non de toi, de la Vie.

Repost 0
Published by Faust - dans Romantisme
commenter cet article
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 07:12

Aux passantes,

J'aime à te contempler, assise à la fenêtre
Perdue dans des tropismes qui ne sont pas les miens
Je voudrais te parler, m'avance et me retiens
Enfin je te souris, tu m'inspires peut-être?

Cela fait si longtemps que je n'ai pu le paraitre
Que les mots sont inutiles et mon regard t'étreint.
Nul amour en mes yeux, juste un bonheur éteint,
Que les mots peupleront de regrets et de lettres.

J'ai croisé ton regard, perdu, parmi les dieux,
Je trouverai les traits qui les rendront heureux
Pour donner en retour de mes vers ce présent.

Mais je ne suis plus là, merci pour ce soupir
Je descend maintenant, vers mon propre avenir.
J'aime à te contempler, et rester le Passant.

Repost 0
Published by Faust - dans Romantisme
commenter cet article
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 21:07

Même si chaque mot ne reste qu'un instant
Étourdi dans un ciel, noir comme la musique.
Regarde celui-ci se briser dans le vent
Viendra-t-il en silence à tes yeux ironiques?

Les notes que je joue, ondulent tristement
Le long de partitions ignorant l'esthétique.
Sans que ton nom muet n'en soit plus évident,
Tu le sais pourtant là, impensable anémique.

Fortissimo presto, peu importe le nom,
Je trouverai la note, le soupir, le frisson,
Le final triomphant de cette Symphonie.

En guise d'instruments, vois mes vers imparfaits
Le livret t'est connu, nul besoin d'être écrit.
Ne reste qu'un serment qu'enfin "je reviendrais".

Repost 0
Published by Faust - dans Romantisme
commenter cet article
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 20:35

Pâle statue dressée sur la route d'hier
Comme une ange déchue sur l'épaule d'un Dieu.
Ton ombre frappe au sol un éclat lumineux
Comme le seul secret de la tombe de Pierre.

À Véronne perdue, tu portes la colère
Contre le temps muet et le crime insidieux.
Et tu rêves qu'un jour, les amants malheureux
Sortent de leur sépulcre pour vaincre ta misère.

Mais tu n'es qu'un soupir, rêve à ma porte close,
Et ton nom, plus sacré que parfum d'une rose
Reste pour moi l'instant et le secret d'un tour.

Y a-t-il majuscule d'ironique majesté
Là où les mots ne peuvent que mentir, se briser,
Là où chaque accroche te clament mon amour.

Repost 0
Published by Faust - dans Romantisme
commenter cet article
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 21:52

Devant moi, une rose. Le soupçon d'un parfum
Courronnée par le pourpre de ses pétales ouvertes.
Devant moi, une rose. Le soupçon d'un dédain
D'une corolle sombre mais à la vue offerte.

Ô pudeur! Dissimule à tes yeux souverains
L'ineffable beauté que tes mots déconcertent
Puisque ne sera tienne, ni hier, ni demain
La fleur coagulée qui un jour s'est ouverte.

Nul mot n'imprimera ce portrait insaisi
Tant que mes sentiments resteront indécis
Et qu'aux tons chatoyants répondra la douleur.

Le pinceau ne saurait saisir de cet instant
Ni le songe du peintre ni la couleur du sang
Que son rêve déverse des tréfonds de son cœur

Repost 0
Published by Faust - dans Romantisme
commenter cet article
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 19:19

Je t'aime, tu le sais, c'est pourquoi tu te tais,
C'est pourquoi ce silence qui me hante et détruit.
Tu crois bien faire alors, à me priver d'effet,
Mais je souffre pourtant, toi ma sœur, mon amie.

Je ne sais si ce nom de l'amour est le vrai,
On m'a dit que je t'aime à en crever la vie.
Je ne sais pas pourquoi mais tout ce que je sais
C'est que c'est étonnant, que je souffre et je vis.

Tu m'as dit que je compte, mais ce sont tes succès;
Tes victoires discrètes sur une vie d'excès.
Mais tu ne peux m'aimer, et ma force faiblit.

Nous serons deux amis, enfin je le serai.
Tu ne verras les larmes ni mes derniers regrets.
Tu ne verras plus rien, toi ma sœur, mon amie. 

Repost 0
Published by Faust - dans Romantisme
commenter cet article
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 00:45

Avant j'étais celui qu'on ne pouvait pas croire
Celui dont chaque mot portait son arrogance
Avant j'étais menteur et je croyais victoire
De duper mes amies pour pourvoir en offense.

Hier j'ai pu changer, j'ai regagné l'espoir
D'être sous ton regard plus que de l'indécence.
Hier je t'ai montré une nouvelle histoire
Tu sais la vérité, je comprends ta défiance.

Maintenant, je n'espère ni ton souffle ici-bas
Ni le rêve défait qui me hante et me noie.
Maintenant je n'espère qu'un sourire à tes yeux.

Demain? Nous verrons bien, mais je tiendrais serment
Contre tes mots, tes rires, contre mes sentiments.
Demain? Voyons, demain, je pourrais être heureux. 

Repost 0
Published by Faust - dans Romantisme
commenter cet article
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 14:40

J'ai la gorge noué pourtant le verbe haut
Les éclats dans mes yeux sont les échos d'hier
De lendemains curieux devenus de poussière 
Que ton souffle despote a promis au défaut.

Mais c'est sur le départ d'un avenir nouveau
Que nos routes se croisent sur les chemins de terres
Moi le doux pélerins, revenu des enfers
Toi l'ombre silencieuse qui en portent les mots.

Danaïde, laisse moi renverser ce tonneau
Que tes larmes remplissent toujours et à nouveau.
Le rêve du poète t'a assombri les yeux.

Et quand bien même seule, tu veux porter ces maux
Je te porterais seul au dehors du tombeau
Fermant derrière moi, la porte de mes cieux.

Repost 0
Published by Faust - dans Romantisme
commenter cet article
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 16:23

Tu n'es qu'un souvenir, comment peux tu encor
Ainsi me ravager et m'arracher le cœur
Toi qui fut la bannie de mes échos vengeurs 
Où trouves-tu la force de me causer ces torts.

 

Étrangère perdue au gré de toute mort
Tu es la fausse note porteuse de malheur
Tu annonces ma fin, sans hâte, ni terreur
Tu annonces la fin, du dernier Burlador.

 

Je vous salue Lily, sœur pleine de grâce,
My Love, my last love,
Je vous salue car demain est venu
Et à la mort je ne crois plus... 

Repost 0
Published by Faust - dans Romantisme
commenter cet article