Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Suis-Je?

  • : dhuyp.net
  • dhuyp.net
  • : "La séduction suprême n'est pas d'exprimer ses sentiments, c'est de les faire soupçonner." Jules Barbey d'Aurevilly, Les Diaboliques
  • Contact
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 22:08

Ils étaient des guerriers, rien ne leur ressemblait,
Que le souffle échappé à leurs êtres parfaits.
Lilith fut la première à lui tendre ses bras.
Lui qui vivait au Ciel, elle qui n'en voulait pas.

Elle s'est crue assez forte pour renier ce qu'il est,
Mais que vaut un serment que son frère a défait?
Il était de glace, de grâce et pour la Foi,
Elle qui venait du Ciel, lui qui n'abjurait pas.

Et la déchue souffrait de sa sourde ignorance,
De ses lèvres fermées, de son dernier silence.
Lui qui doutait enfin, elle qui n'en pouvait plus.

Quand il la vit, trop tard, il comprit son erreur,
L'ironie exigea qu'elle n'ai su son bonheur.
Lui qui tomba du Ciel, elle qui n'y était plus. 

 

Ce poème a gagné un prix (Premier prix) à un concours mais dans une version légèrement modifiée (Pardon Laura) => Ici

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Faust - dans Romantisme
commenter cet article

commentaires